Contenu

Etat de la connaissance

La très grande majorité des habitants de la planète vivent dans des lieux où les niveaux de qualité de l’air extérieur ne respectent pas les limites fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), selon un rapport publié fin septembre 2016.
Selon des estimations de 2012, 6,5 millions de décès (soit 11,6 % des décès dans le monde) étaient associés à la pollution de l’air extérieur et à la pollution de l’air intérieur.
Enfin, 92% de la population mondiale vit dans des endroits où les niveaux de qualité de l’air ne correspondent pas aux niveaux fixés par l’OMS sur la qualité de l’air ambiant pour les particules fines dont le diamètre est inférieur à 2,5 microns (PM2.5).

La pollution atmosphérique est donc aujourd’hui une préoccupation de santé humaine de tout premier plan.
Si l’’OMS compte parmi les principales sources de pollution de l’air "les modes de transport inefficaces, les combustibles ménagers, la combustion des déchets, les centrales électriques alimentées au charbon et les activités industrielles", la part de l’activité agricole, sources notamment de particules fines et de NH n’est pas négligeable.

En 2014, afin de faire le point sur les relations entre agriculture, forêt et pollution de l’air, un état de l’art des connaissances a été réalisé dans le cadre du programme de recherche PRIMEQUAL (Programme de recherche interorganisme pour une meilleure qualité de l’air).

Une plaquette explicative simplifiée "Mieux respirer c’est ça l’idée" réalisée par le ministère de la transition écologique et solidaire est disponible ici.

Enfin un rapport rédigé par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’Energie) et le MEDDE (Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie) établit un état des lieux et présente des leviers d’action en vue de lutter contre les émissions agricoles de particules dans l’air.
Ce rapport présente :
• dans un premier temps, les enjeux des particules dans l’air sur la santé, l’environnement et leur prise en compte dans la réglementation.
• dans un deuxième temps les origines et les moyens de militer les émissions dans le domaine de l’élevage et des cultures
• pour finir par les perspectives d’améliorations des pratiques et des connaissances.