Contenu

Formations courtes pour adultes

Christine Chabanas - Directrice adjointe à Vivarais Formation (07)

Je rencontre personnellement toutes les personnes souhaitant se former et elles sont souvent très motivées.

 


Pouvez-vous nous parler de votre parcours et de votre poste actuel ?

J’ai fait un BTSA TAGE (technique agricole et gestion de l’entreprise) en alternance, qui correspond aujourd’hui au BTSA ACSE (analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole). Ensuite j’ai travaillé en tant que contrôleur laitier pendant 3 ans. En 1999, je suis rentrée à Vivarais Formation en tant que formatrice en zootechnie. J’ai pris la responsabilité du BP REA en 2003 et celle du BTSA ACSE en 2006. J’ai par ailleurs fait une formation de niveau II avec le CNEAP en 2009. Depuis 2014, je suis aussi directrice adjointe du pôle agricole. Je continue également à faire de la formation.

Quelles formations propose Vivarais Formation ?
Vivarais Formation propose des formations longues et courtes pour jeunes et adultes. En formations longues, nous avons le BP REA (en arboriculture, viticulture ou élevage ruminants), le BTSA Technico-commercial vins et spiritueux et le BTSA ACSE (analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole). Au niveau des formations courtes, nous proposons le Certiphyto (décideur pour les agriculteurs ou conseil pour les techniciens), BIOCIDE (désinsectisation, désinfectant et dératisation), ainsi que diverses formations très pratiques : taille de la vigne, plantation de vignes, vinification, arboriculture, culture de petits fruits. Les formateurs, travaillant en vacation ou en sous-traitance, sont des professionnels : ils sont double actifs.

Parlons des formations courtes.
Quel type de public recevez-vous dans ces formations ?
Les personnes que nous avons en formation sont des demandeurs d’emploi, des salariés ou des agriculteurs.
C’est Pôle emploi qui inscrit les demandeurs d’emploi mais il arrive aussi que ce soit eux qui fassent la demande : ce sont souvent de futurs salariés qui doivent passer par une formation demandée par leur futur employeur.
Nous avons aussi des salariés qui veulent se spécialiser. C’est le cas des saisonniers qui peuvent plus facilement pérenniser leur emploi avec une formation complémentaire.
Pour les agriculteurs en cours d’installation, la formation fait partie de leur projet professionnel personnalisé (PPP). C’est en quelque sorte une formation à la carte et individuelle. Je rencontre les candidats et nous discutons de leurs acquis, leurs besoins et leurs motivations. En fonction de cela, nous adaptons la formation qui leur correspond le mieux. Elle peut d’ailleurs prendre la forme d’un stage pratique. En général, les candidats viennent de Rhône-Alpes, surtout de la Drôme et de l’Ardèche. Parfois, nous nous déplaçons dans le département pour certaines formations courtes.

Comment se passe la prise de contact avec vous pour faire une formation ?
Pôle emploi inscrit des demandeurs d’emploi. Des organismes d’insertion comme Tremplin envoient aussi des candidats. La chambre d’agriculture peut orienter les personnes chez nous, en fonction des formations que nous proposons. Nous envoyons également des informations sur nos formations aux coopératives qui peuvent les transmettre. Ce qui fonctionne aussi très bien c’est le bouche à oreille. Des personnes ayant fait une formation chez nous en parlent autour d’elles et donnent envie à d’autres de venir se former.
Une fois les demandes de formation reçues, nous prenons contact avec les candidats pour un rendez-vous individuel afin d’aborder leurs motivations, leurs besoins et leurs acquis, de façon à voir si la formation correspond bien à leurs attentes. Ensuite, nous remplissons un dossier de candidature. Je rencontre personnellement toutes les personnes souhaitant se former et elles sont souvent très motivées.

Combien de personnes y a-t-il par groupe de formation ?
En général, les groupes vont de trois à douze personnes, sauf pour le Certiphyto où les groupes peuvent aller jusqu’à vingt personnes. Nous ne faisons jamais de formation avec une ou deux personnes : ce n’est pas très vivant. Quand la thématique correspond à leur formation, les stagiaires peuvent être intégrés dans des modules de BP REA .



Pouvez-vous nous parler de la formation Certiphyto (Décideur) ?
Le Certiphyto (décideur) entre dans le cadre du projet agro-écologique. C’est une formation qui permet d’acquérir les connaissances nécessaires pour utiliser des produits phytosanitaires en toute sécurité mais aussi en vue d’en réduire l’usage. Toute personne (utilisateur professionnel, distributeur et conseiller) devra être titulaire de ce certificat à compter de fin novembre 2015 (ou avoir un diplôme agricole de moins de 5 ans : ce dernier incluant le certificat). La formation Certiphyto se déroule sur deux jours non consécutifs et est surtout demandée par des agriculteurs déjà installés ou des double actifs. Elle est valable dix ans donc il sera nécessaire de repasser un module tous les dix ans pour réactualiser le certificat. La formation est plutôt théorique mais comprend tout de même une visite d’exploitation, avec, par exemple, la découverte d’installations de phytobac (dégradation naturelle des effluents de traitement). En 2014, nous avons réalisé 7 sessions de formation décideur et 3 sessions conseil pour un total de 146 personnes. En 2015, nous arriverons à la fin du cycle des premières formations : il y aura donc des formations pour renouveler le certificat.

Il n’y a qu’une demi-journée de théorie en salle et le reste de la formation se fait sur le terrain : la partie pratique est primordiale pour pouvoir maîtriser les différentes tailles de vigne.

 

Pouvez-vous nous parler de la formation "taille d’hiver en viticulture" ?
C’est une formation qui permet de maîtriser différentes techniques de la taille de vigne. Elle est organisée sur 35 heures réparties sur deux semaines. Les profils des stagiaires de cette formation sont très variés, mais nous avons beaucoup de salariés qui veulent se spécialiser dans un certain type de taille. Pendant la formation, il n’y a qu’une demi-journée de théorie en salle et le reste de la formation se fait sur le terrain : la partie pratique est primordiale pour pouvoir maîtriser les différentes tailles de vigne. Des travaux pratiques sur les vignobles sont réalisés chez différents viticulteurs : la sécurité, l’entretien du matériel (sécateur manuel ou électrique), les bons gestes et bonnes postures sont également abordés. Après cette formation courte, certains partent en formation longue BP REA avec un projet d’installation (diplôme de niveau 4 nécessaire pour bénéficier des aides à l’installation). Finalement, ils reprennent goût à la formation. Cependant, la majeure partie des personnes suivent la formation pour travailler en tant que saisonnier.

Comment se fait le financement des formations ?

Pôle emploi finance les formations des demandeurs d’emploi et selon le type de formation, le montant peut varier. Les fonds d’assurance formation peuvent financer la formation continue courte. Vivéa finance les formations des agriculteurs et le FAFSEA la formation des salariés agricoles.

Est-ce que la thématique de l’agro-écologie est intégrée dans vos formations ?
Oui, l’agro-écologie est abordée dans les formations longues BTSA ACSE et BP REA. Il y a des cours et des visites sur le terrain en lien avec cette thématique comme la découverte du phytobac, du couvert végétal, des techniques alternatives... Les apprenants aiment bien se rendre sur le terrain pour voir comment cela se passe concrètement. Pour les formations courtes, c’est plus difficile de trouver le temps d’aborder spécifiquement cette thématique. Cependant, le Certiphyto est bien sûr pleinement intégré dans le projet agro-écologique. Pour les autres formations, les stagiaires peuvent éventuellement suivre des modules consacrés à cette thématique dans les formations longues.