Contenu

Graines et plants forestiers

Maillon essentiel de la sylviculture pour la partie boisement et reboisement, la filière graines et plants (= matériel forestier de reproduction = MFR) a vu sa réglementation complètement remaniée fin 2003, avec l’obligation de transposition d’une directive européenne de décembre 1999.

Ces essences de reboisement (dont le nombre, après avoir doublé, continue de progresser pour atteindre la soixantaine) se sont vues définir des "régions de provenances" (RP) selon une méthodologie complètement revue (les RP existaient auparavant mais sans corrélation entre les essences). Ces régions sont des "zones géographiques régies par des conditions écologiques suffisamment uniformes dans lesquelles des peuplements ou des sources de graines présentent des caractéristiques phénotypiques ou génétiques similaires" avec des découpages basés sur les régions IFN, plus ou moins affinés selon les essences. Tout ceci mené alors par le CEMAGREF (devenu IRSTEA) mais abouti après une étroite concertation avec de nombreux partenaires (INRA, CNRS, IDF, notre ministère (MAAF), ONF et services de l’État principalement).

Les graines des essences réglementées peuvent appartenir à 4 catégories différentes, qui coexistent ou non selon les essences :

la catégorie testée (T, couleur bleue) sur laquelle on a des connaissances poussées avec des tests de comparaison ou des évaluations des composants ; ce sont principalement les vergers à graines (douglas "Luzette"…) et les clones (peupliers…), voire des peuplements dans de très rares cas (cèdre).

La catégorie qualifiée (Q, couleur rose) est en quelque sorte le palier d’avant la catégorie testée pour les vergers à graines ; il lui manque les tests indispensables (en cours mais dont les résultats demandent du temps).

La catégorie sélectionnée (S, couleur verte), concernée par les régions de provenance, où sont repérés des peuplements bien précis (sur une base phénotypique), avalisés par l’IRSTEA. Cette catégorie concerne la majorité des essences (chêne, hêtre, épicéa, sapin…).

La catégorie identifiée (I, couleur jaune) est celle sur laquelle on possède le moins d’informations ; elle concerne les essences mineures (aulne, bouleau…) ou celles pour lesquelles les peuplements sélectionnés sont encore insuffisants ; néanmoins les récoltes se font sur la base de régions de provenances autorisées, on parle de source de graines.

Deux marchands grainiers se partagent principalement les récoltes (et les ventes !) de graines forestières. L’ONF, avec l’entité de la sécherie de La Joux dans le Jura, et l’entreprise Vilmorin dans le Maine et Loire.
Ces deux "spécialistes" prennent une part très active dans la recherche et la mise en place de nouveaux vergers (membres d’un Groupement d’Intérêt Économique -GIE- sur le sujet).
Les récoltes de graines se font ainsi selon un dispositif très encadré qui donne lieu à un "acte de naissance" (appelé Certificat Maître –CM) qui suivra la graine jusqu’à son installation en tant qu’"arbre".
C’est dans ce suivi qu’entre en jeu l’administration et ses contrôleurs des ressources génétiques forestières (techniciens forestiers pour la plupart), en place dans les services des DRAAF en charge de la forêt.
Ils assurent la traçabilité de la filière.
Ce sont eux qui délivrent le fameux CM, avec une surveillance de la récolte à l’appui, assortie d’un scellage des sacs de graines en partance pour les sécheries.
Ce sont eux qui contrôlent ce que vendent les sécheries aux pépinières forestières (et ce qu’achètent les pépinières aux sécheries). Ils contrôlent également en pépinière la cohérence entre les graines achetées et les cultures sur le terrain, veillant à une bonne séparation entre les différentes provenances pour une même essence par exemple.
Ce sont encore eux qui suivent la production des pépinières en sachant ce qu’elles vendent et à qui (avec l’émission d’un document officiel appelé document du fournisseur), tout ceci faisant dire à certaines entreprises qu’elles sont plus surveillées que si elles produisaient des denrées alimentaires (ce qui n’est pas faux…) !