Contenu

La peste porcine africaine

©Min agri

La peste porcine africaine est une maladie très contagieuse, non transmissible à l’homme, qui menace les porcs et des sangliers. Elle peut se transmettre entre animaux de proche en proche ou à longue distance via notamment le transport de viandes ou de produits à base de porcs ou de sangliers infectés.
Le virus est très résistant dans ces produits. Les restes, jetés dans la nature, peuvent être mangés par des sangliers et les contaminer, puis propager la maladie.

Apparu en Géorgie en 2007 puis en 2014 en Europe de l’Est, elle a atteint les Pays Baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie), la Pologne, la République Tchèque, l’Ukraine, la Russie, la Biélorussie, la Moldavie, la Roumanie, l’Italie (Sardaigne) et la Hongrie.
La Chine a déclaré au 17/09/2018 21 foyers dans sept provinces de l’Est du pays depuis le premier foyer le 03/08/2018. Environ 50 000 porcs en sont morts ou ont été abattus.
Au 19 septembre 2018, la Belgique avait déclaré au total cinq cas de peste porcine africaine (PPA) chez des sangliers dans le Sud-Est du pays à proximité de la frontière avec la France et le Luxembourg.

Les mesures d’urgence sont décrites dans le communiqué de presse du Ministre Stéphane TRAVERT qui demande une mobilisation immédiate pour protéger nos élevages. A cette attention, le ministère a édité une fiche de mesures de biosécurité obligatoires pour les éleveurs et les transporteurs.

Communiqué de presse du 13 septembre 2018 (format pdf - 460.7 ko - 19/09/2018)
Fiche de mesures de biosécurité obligatoires en élevages (format pdf - 68.6 ko - 19/09/2018)

Actions mises en œuvre :

Au niveau national, un plan d’action est actuellement en cours de finalisation, via un groupe d’experts composé notamment de professionnels du secteur porcin, et dont l’action et les objectifs sont coordonnés par la direction générale de l’alimentation (DGAl).

Ce plan d’action, qui prend en compte l’expérience des États membres touchés mais aussi les enseignements des crises sanitaires récentes (notamment les crises influenza aviaire, fièvre catarrhale ovine), s’articule autour de trois axes : la prévention, la surveillance et la lutte.

Concernant le volet prévention, une campagne de sensibilisation a été lancée au plan national. Le message est simple : pour éviter que des sangliers ne se contaminent :

  • évitez de ramener de la viande ou/et des produits à base de porcs ou de sangliers des pays touchés
  • ne jetez pas les restes de repas dans la nature, jetez les dans des poubelles dédiées à cet effet.

Des affiches sont posées dans les aires d’autoroute, des messages sont diffusés sur le canal 107.7 du réseau SANEF.
En parallèle de cette campagne grand public, les chasseurs et les éleveurs de porcs ont été appelés à redoubler de vigilance.

Affiche de la peste porcine africaine (format pdf - 455.8 ko - 18/07/2018)
Interview d’Anne Bronner, cheffe du bureau de la santé animale :
https://www.plateforme-esa.fr/sites...
Circulaire d’information de la fédération nationale des chasseurs sur la peste porcine africaine (format pdf - 247 ko - 19/09/2018)
Document spécifique à destination des chasseurs, réalisés par l’association nationale sanitaire porcine (format pdf - 1.2 Mo - 19/09/2018)

Enfin des documents de sensibilisation spécifique ont été rédigés :

Fiche de recommandations pour les éleveur de porcs (format pdf - 1.4 Mo - 19/09/2018)
Fiche de recommandation pour les détenteurs de cochons de compagnie (format pdf - 1.3 Mo - 19/09/2018)
Fiche de recommandations pour les éleveurs de sangliers (format pdf - 1.5 Mo - 19/09/2018)
Fiche de recommandations pour les intervenants en élevage (format pdf - 924.2 ko - 19/09/2018)

Une sensibilisation des vétérinaires est également menée et les contrôles seront renforcés dans les centres de traitements du gibier.

Enfin, des travaux en cours portent sur le renforcement de la biosécurité dans les élevages de porcs et les transports.

Pour plus d’informations

Alim’Agri : les mesures à adopter pour éviter l’introduction de la PPA en France
L’actualité sur la maladie : lien vers la plateforme d’épidémiosurveillance santé animale