Contenu

Méthanisation

On compte en Auvergne-Rhone-Alpes 55 unités agricoles et/ou territoriales en fonctionnement (ou en cours de construction) qui se répartissent de la façon suivante :

36 méthaniseurs devraient être mis en construction ou en service en 2019 pour une production supplémentaire de 146 GWh
• Parmi eux, 34 nouveaux méthaniseurs seront agricoles représentant une production supplémentaire de 130 Gwh
• Les 2 autres méthaniseurs qui devraient voir le jour sont des méthaniseurs territoriaux, correspondant à une capacité de production de 16 Gwh

A plus long terme, on identifie encore 34 projets qui sont en cours de conception et qui pourraient voir le jour d’ici la fin 2022 portant le nombre prévisionnel d’installations en fonctionnement en région à 174 unités (pour une production totale à l’horizon 2022 de 1 185 Gwh)

La cogénération :

Le nombre d’unités de méthanisation en cogénération continue de croître. L’accroissement a toutefois tendance à se tasser sauf en ce qui concerne la méthanisation agricole :
- En 2017 comme en 2002, la cogénération concerne 2 unités de méthanisation sur 3
- En 2017, 50 % des unités en cogénération sont agricoles
- En 2022, 70 % des unités en cogénération seraient agricoles

On constate également le développement, y compris dans le secteur agricole, de cogénérations de plus grande puissance :
- La puissance moyenne installée en 2017 sur les unités agricoles est de 116 kWe
- La puissance moyenne installée en 2022 sur les unités agricoles serait de 142 kWe

Etat des lieux et évolution de l’injection à l’échelle régionale

Comme sur le reste du territoire national, la valorisation du biogaz par injection croît fortement, avec une multiplication par 3 du nombre d’unités en injection entre 2017 et 2019 et de façon prévisible une multiplication par 6 d’ici 2022.

Ce constat est également valable pour les unités de méthanisation agricole : 2 injectaient 8,5 Gwh fin 2017 et 8 nouvelles unités devraient injecter 21 Gwh d’ici la fin de l’année 2019.

La méthanisation agricole représenterait 60 % des solutions d’injection en fonctionnement d’ici la fin 2019, permettant d’injecter au total près de 38 Gwh de biogaz dans le réseau .

Voir les aides FEADER