Contenu

[France Relance] Le « Bon Diagnostic Carbone » est désormais opérationnel

Doté de 10 millions d’euros du plan France Relance, le dispositif « Bon Diagnostic Carbone » est désormais accessible pour tous les agriculteurs installés depuis moins de 5 ans.

L’agriculture, et en premier les sols agricoles, est un puits de carbone majeur. C’est pourquoi France Relance offre à chaque nouvel installé la possibilité de construire une stratégie carbone adaptée , générant de la valeur environnementale et offrant des propositions de création de valeur économique.

En savoir plus sur le "bon diagnostic carbone"

*****************************************

Ce diagnostic permet d’identifier les leviers d’actions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et développer le stockage de carbone. L’agriculteur dispose d’un rapport individualisé avec un plan d’actions et un suivi personnalisée.
Le dispositif est subventionné à hauteur de 90%. Conçu de manière très simple, aucune avance de trésorerie n’est demandée. L’exploitant ne participe qu’à hauteur de 10%, soit une participation de l’ordre de 250 €.
Ces diagnostics s’appuient sur les démarches labellisées Bas-Carbone et à ce titre permettent d’engager durablement nos agriculteurs vers cet engagement en faveur du climat.

L’Ademe a agréé 218 opérateurs capables de réaliser ces diagnostics. Ces opérateurs sont situés sur l’ensemble du territoire.

Comment bénéficier de la mesure ?

Exploitants installés depuis moins de 5 ans, retrouvez la liste des structures habilitées à la réalisation du diagnostic près de chez vous :


Comment se déroule un diagnostic carbone ?

Le diagnostic commence par une analyse pointue de l’exploitation incluant ses émissions de gaz à effet de serre, son potentiel de stockage de carbone et sa vulnérabilité au changement climatique.

À l’issue de cette analyse, un plan d’actions est proposé à l’exploitant pour lui permettre d’identifier d’un côté des leviers de réduction des émissions de gaz à effet de serre (en changeant ou en améliorant certaines pratiques) et de l’autre côté des solutions en faveur du stockage de carbone, autant de leviers importants dans la lutte et l’adaptation des exploitations face au changement climatique.
S’il le souhaite, l’agriculteur peut également se faire financer des études de terre pour affiner ses potentialités de stockage avec des conseils agropédologiques.

bas_carbone {JPEG}

Quelques mois après, un point d’étape sur les progressions ou les difficultés rencontrées par rapport aux recommandations données sera établi par l’organisme ayant effectué le diagnostic. Ce temps d’accompagnement de l’exploitant permettra d’ajuster le conseil et de suivre la mise en œuvre des recommandations.

En parallèle, l’organisme transmettra à l’ADEME un fichier qui capitalise les données de manière anonymisée. Celles-ci vont alimenter des systèmes d’informations du Groupement d’intérêt scientifique Sol (Gis Sol), chargé de la connaissance et études des sols de France et capitaliser sur les chiffres qui dégageront des potentiels de réduction d’émission et stockage de carbone.