Contenu

Mesure "Alimentation locale et solidaire"

La crise sanitaire a mis en lumière la difficulté pour certains d’entre nous d’avoir accès à une alimentation locale et de qualité, pour des raisons financières ou d’éloignement. 30 millions d’euros du volet « agriculture » du plan de relance sont ainsi alloués au soutien de projets pour favoriser l’accès de tous, en particulier des populations modestes ou isolées, à des aliments frais et locaux (mesure 12 du plan de relance).
Ce soutien est complémentaire des mesures portées par le ministère des Solidarités et de la Santé à destination des associations de lutte contre la pauvreté.

Le dispositif comprend deux volets :

- Le volet national (dit « volet A »), doté de 6 millions d’euros est destiné aux projets structurants et innovants, sur tout le territoire, des acteurs « têtes de réseaux ». Il prend la forme d’un appel à projet national en cours, piloté par le ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

- Le volet territorialisé (dit « volet B »), doté de 24 millions d’euros au plan national dont 2,59 millions pour Auvergne-Rhône-Alpes, est destiné à soutenir les initiatives locales pour un meilleur accès aux produits frais et locaux à destination des personnes précaires ou isolées.

Il est décliné dans chaque département sous forme d’appels à projets et permet de soutenir :
- les producteurs ayant des démarches collectives de structuration de l’approvisionnement en produits locaux et de qualité (investissements de conditionnement, stockage, transport…) ;
- Les associations /start-up / TPE / PME, communes et intercommunalités ayant des projets de mise à disposition d’une alimentation de qualité pour tous (ouverture de locaux, matériel de livraison…) ;
- Les initiatives de développement de commerces solidaires ambulants …

Ces appels à projets permettent de financer les dépenses d’investissements matériels (véhicules de distribution alimentaire, équipements de stockage (« casiers », chambres froides…), aménagements d’épiceries sociales et solidaires , …) ainsi que les investissements immatériels et prestations intellectuelles nécessaires à la réalisation du projet (formation, logiciels, la prestation de conseil, prestation informatique….). Le soutien aux frais de fonctionnement des structures ainsi que le financement d’achats de denrées alimentaires sont en revanche exclus.

Retrouvez ici les conditions de mise en œuvre de la mesure « alimentation locale et solidaire » dans les départements d’Auvergne Rhône Alpes